Archives par mot-clé : politiques d’aménagement

Brèves de P&T: Publication de l’ouvrage Les métropoles fluviales, Concilier aménagement et logistique pour un développement urbain durable, sous la dir. d’A.BEYER et J.DEBRIE

Les métropoles fluviales, Concilier aménagement et logistique pour un développement urbain durable,  rédigé sous la direction d’Antoine BEYER et Jean DEBRIE vient de paraître aux éditions l’Oeil d’Or !

« Le fleuve fait un retour remarqué dans l’aménagement des villes européennes. L’enjeu de cet ouvrage, associant géographes, sociologues et économistes est ainsi de comprendre le rôle du fleuve et de ses ports dans l’organisation logistique des métropoles.

À partir de recherches inédites et pluridisciplinaires sur les villes de Paris, Strasbourg, Lyon et Lille, ce livre explore de manière systématique et approfondie un rôle souvent sous-estimé d’approvisionnement aujourd’hui réinterprété.

S’appuyant sur des comparaisons internationales – des pays européens ayant historiquement privilégié la voie fluviale comme les Pays-Bas et l’Allemagne ou encore des villes fluviales comme Bruxelles, Londres qui contrastent avec les options suivies par les villes du continent nord-américain –, les auteurs apportent des éclairages nouveaux sur le fonctionnement de la voie d’eau. Ils mettent en avant le rôle clé des ports dans la reconfiguration en cours de la logistique métropolitaine.

Ces analyses sont complétées par des témoignages d’acteurs opérationnels : urbanistes, bateliers, gestionnaires de ports, élus. »

Commandez-le via:

  • le site www.loeildorenligne.com;
  • par courrier en nous retournant le bon de commande à l’adressesuivante : Editions L’Œil d’or 118 rue Jean-Pierre Timbaud 75011 Paris accompagné d’un chèque de 24 € x … nbre d’exemplaires & de l’adresse d’expédition (frais de port offerts).

Bonne lecture !

Reconfiguration du projet de Canal Seine Nord Europe: le choix de développer une approche intégrée de l’activité portuaire

Carte du réseau Seine Escaut reconfiguré. Source: : Mission de reconfiguration du canal Seine Nord Europe. Réseau Seine-Escaut. Un projet de relance pour la croissance. Rapport au ministre délégué chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche par le député Rémi Pauvros, 2013, page 3.
Carte du réseau Seine Escaut reconfiguré. Source: : Mission de reconfiguration du canal Seine Nord Europe. Réseau Seine-Escaut. Un projet de relance pour la croissance. Rapport au ministre délégué chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche par le député Rémi Pauvros, 2013, page 3.

Maillon central d’une liaison fluviale européenne Seine-Escaut, le Canal Seine Nord Europe compte parmi les trente projets prioritaires du Réseau Trans-Européen de Transport depuis avril 2004. Le projet occupe cependant le champ des politiques d’aménagement en France depuis le début des années 1990. En effet, la possibilité de cette liaison grand gabarit a fait l’objet d’un débat public dès 1993. Par suite, des études ont été menées entre 1995 et 2002 concernant le choix du tracé, avant que le projet ne soit inscrit au Comité Interministériel d’Aménagement et de Développement du Territoire comme priorité nationale en 2003.

Le projet initial prévoyait la construction entre Compiègne (Oise) et Aubencheul au Bac (Nord), de 106 km de canal à grand gabarit accessible aux unités fluviales de 4400 tonnes. Il intégrait la construction de quatre plateformes multimodales en bord de canal, d’une emprise globale de 360 ha, sur les secteurs de Noyon (Oise), Nesle et Péronne (Somme) ainsi que de Marquion (Pas de Calais). Cependant, les coûts importants du projet pour l’Etat en menaçait la réalisation. D’où la mise en place d’une mission de reconfiguration.

A l’issue des travaux conduits par Rémi PAUVROS au cours de l’année 2013 – dont le rapport a été rendu public le 11 décembre 2013 -, l’option de départ a fait l’objet d’une réorganisation tant sur le plan de la méthode de mise en œuvre que sur celui du contenu .  

Dans sa nouvelle version, le projet conserve la même longueur de parcours et son gabarit. En revanche, le nombre d’écluses est revu à la baisse ( 3 au lieu de 4), une portion du canal du Nord sera réutilisée, et une partie de la réalisation des grands équipements jugés « spécifiques » est différée en préservant les conditions de leur mise en œuvre. En outre, le développement des plateformes multimodales est confié aux collectivités locales. Enfin, le financement et la gouvernance ont été repensés. Ainsi, la contribution de l’Union européenne passe de 6,22% (soit 33Md’€) à 40% du coût des travaux et 50% du coût des études. De même, la contribution des collectivités augmente, notamment celle des conseils régionaux. Concernant la gouvernance, la nomination d’un coordinateur national est prévue afin de suivre l’avancement du projet réalisé non plus dans le cadre d’un partenariat public-privé, mais sous l’égide d’une société publique dont les collectivités et Voies Navigables de France seront les principaux actionnaires.

Ainsi reconfiguré, le projet de Canal Seine Nord Europe se fixe pour ambition de contribuer à une politique de transport de marchandises globale prenant en considération aussi bien les volets relatifs à l’économie, qu’à l’infrastructure et au développement durable.

Dans une perspective d’aménagement du territoire, cette étape marque le choix à la fois de l’Etat, des collectivités, des autorités portuaires et des entreprises de concrétiser une approche intégrée de l’activité portuaire.

Comme l’ont judicieusement rappelé les parties prenantes au rang desquelles Ports de Paris, cette liaison fluviale associée aux plateformes logistiques revêt un caractère primordial pour l’approvisionnement de la région capitale, et l’activité économique dans les régions traversées.

En sus d’être un outil pour accroître les échanges entre le bassin parisien et le reste de l’Europe, ce projet se présente comme un challenge pour le port du Havre et ses partenaires d’Haropa face à leurs concurrents d’Europe du Nord. La dynamique qui l’accompagne invite en effet à reconsidérer non seulement les modalités de traitement des marchandises dans les ports, mais aussi les moyens de leur acheminement et de leur redistribution à différentes échelles.