Archives par mot-clé : parties prenantes

Guadeloupe Port Caraïbes au rang des finalistes du Prix ESPO 2015 pour le projet « Je découvre mon port »

Depuis 2009, l’Organisation Européenne des Ports Maritimes (ESPO) décerne le Prix ESPO qui récompense les stratégies des autorités portuaires pour améliorer leurs relations avec leur territoire. Cette année l’Organisation met à l’honneur les actions de promotion des échanges entre le secteur portuaire, les écoles et les universités.

Le Grand Port Maritime de la Guadeloupe,  qui s’est récemment engagé dans la création d’un Port Center, a été retenu parmi les finalistes de l’édition 2015 du Prix ESPO[1] aux côtés des autorités portuaires d’Anvers, Brême, Dublin et Valence.

Le projet de Guadeloupe Port Caraïbes se veut partie intégrante « d’une approche à 360° » d’un développement portuaire en milieu insulaire et tropical. L’autorité portuaire met donc l’accent sur la richesse de la biodiversité de l’archipel dans les trois principaux axes[2] de son projet :

  • favoriser la connaissance de l’environnement naturel dans lequel les activités maritimes et portuaires sont menées, notamment en soutenant la recherche universitaire (Universités des Antilles et de la Guyane et Pierre et Marie Curie) et des projets en partenariats avec des institutions locales (ex.  Le Parc Naturel de la Guadeloupe) et nationales ;
  • faire connaître les secteurs liés à l’activité maritime et portuaire et leur impact économique via des journées portes ouvertes, la publication de brochures et l’organisation de rencontres entre le public scolaire et les professionnels ;
  • élaborer une approche durable du développement des infrastructures portuaires en mobilisant l’expertise universitaire ou encore en communiquant autour des mesures de compensation environnementale mises en place par le port.

Au-delà de la compétition, l’intérêt de la participation de Guadeloupe Port Caraïbes à ce type d’évènement réside dans le fait qu’elle concrétise la volonté de l’autorité portuaire de mettre en lumière ses efforts pour se positionner comme un élément moteur du développement régional.  En outre, elle traduit un mouvement d’intégration au sein de standards européens en matière de conception du développement portuaire. En ce sens, c’est un exemple notable de la reconfiguration du rôle de l’autorité portuaire dans les régions ultra-marines françaises et de la transformation de la gouvernance portuaire et territoriale à l’œuvre.

[1] Les résultats seront annoncés le 10 novembre 2015 lors de la cérémonie de remise des prix à Bruxelles.

[2] Ces axes ont été présentés par l’autorité portuaire du Grand Port Maritime de Guadeloupe au cours d’un entretien avec les représentants de l’Organisation Européenne des Ports. Retrouvez l’intégralité de l’entretien en anglais sur le site d’ESPO : http://www.espo.be/index.php?option=com_content&view=article&id=660:espo-award-2015-shortlisted-projects-guadeloupe-port-caraibes-presents-qdiscovering-my-portq&catid=34:espo-press&Itemid=109.

Émergence d’un Port Center : vers un nouveau dialogue entre port et citoyens en Guadeloupe ?

Couverture de la Charte des missions d'un Port Center. Source: AIVP
Couverture de la Charte des missions d’un Port Center. Source: AIVP

Inspiré des démarches initiées par les autorités portuaires d’Europe du nord – notamment celle d’Anvers, le concept de Port Center s’est progressivement diffusé en Europe et dans le monde (ex. Italie, Australie).

Les Port Center sont à la fois des espaces d’accueil du public et le réceptacle d’échanges entre le monde de l’éducation et les entreprises. Ils ont vocation à fournir un lieu de réponse aux questions environnementales et une contribution au développement économique régional qui constituent des enjeux majeurs des régions portuaires.

En mobilisant plusieurs leviers d’action et moyens de communication (ex. forum des métiers, expositions, programmes d’immersion professionnelle de courte durée, présence sur les réseaux sociaux), les Port Center permettent aux autorités portuaires d’informer la population ainsi que les usagers directs sur les projets d’infrastructure tout en s’impliquant dans la formation professionnelle pour favoriser l’émergence d’une main-d’œuvre qualifiée forte d’une culture maritime et portuaire.

En sus de renouveler l’image du port, il s’agit de fédérer les différentes parties prenantes de l’activité portuaire, parmi lesquelles les entreprises clientes du port et les collectivités locales, mais aussi et surtout le grand public.

C’est avec le soutien de l’AIVP qui anime un réseau des Port Center (Port Center Network) que le Grand Port Maritime de Guadeloupe s’est lancé dans la démarche. Elle a été officialisée le 26 mars dernier à l’occasion des Journées Régionales de l’AIVP. La signature de la Charte des missions d’un Port Center a rassemblé la Chambre de Commerce et d’Industrie des Îles de Guadeloupe, la Communauté d’Agglomération Cap Excellence, la Ville de Pointe-à-Pitre et celle de Baie-Mahault, le Conseil Régional, le Cluster Maritime et l’Union Maritime et Portuaire.

Dans un contexte marqué par :

Pour améliorer l’accès au port, l’extraction des matériaux les plus durs et de ceux situés dans les zones peu profondes s’effectue par d’une pelle sur ponton, le« Postnik Yakovlev » (photo). Il est associé à une drague aspiratrice en marche (DAM), le « Pedro Alvarez Cabral».  (M.VERDOL, 26 mars 2015).
Pour améliorer l’accès au port, l’extraction des matériaux les plus durs et de ceux situés dans les zones peu profondes est effectuée à l’aide d’une pelle sur ponton, le« Postnik Yakovlev » (photo). Elle est associée à une drague aspiratrice en marche (DAM), le « Pedro Alvarez Cabral». (M.VERDOL, 26 mars 2015).

l’émergence d’un Port Center constitue un pas important qui témoigne de la volonté de l’autorité portuaire de s’investir durablement dans son territoire.

Pour instaurer un véritable dialogue, la concrétisation de l’initiative guadeloupéenne devra intégrer une analyse fine de l’ambivalence de l’imaginaire portuaire dans un cadre postcolonial ainsi que de la complexité des interactions ville-port en milieu insulaire.

Autoroute de la mer en péril à Montoir-Gijón : l’avenir de l’un des maillons de la politique européenne en question

Conception et réalisation: Anne Gallais-Bouchet (en ligne): http://www.isemar.asso.fr/fr/pdf/carte-isemar-70.pdf
Les autoroutes de la mer en Europe. Conception et réalisation d’Anne Gallais-Bouchet (en ligne): http://www.isemar.asso.fr/fr/pdf/carte-isemar-70.pdf

Initialement conçues comme l’un des maillons de la politique de transport européenne (Réseau Transeuropéen de Transport) soutenant le transport maritime à courte distance et le report modal dans une perspective de développement durable, les autoroutes de la mer connaissent aujourd’hui de lourds dysfonctionnements.

 Alors qu’elle était censée s’inscrire dans une approche intégrée du transport – essentiellement de marchandises, la mise en œuvre de ces services s’avère en effet problématique et controversée. 

L’annonce d’une table-ronde consacrée à la relance de la ligne Montoir-Gijón le 13 janvier 2015 témoigne de ces atermoiements.

Quels financements mobiliser face un marché souvent insuffisant pour assurer la viabilité économique de la démarche? Quels leviers actionner pour encourager les parties prenantes (armateurs, entreprises de transports) à utiliser ces lignes ? Quel type d’engagement attendre des collectivités locales et des États concernés?

Pour mieux appréhender les enjeux de cet outil potentiel de valorisation d’une chaîne de transport intégrée à l’échelle européenne et de développement régional pour les États membres :

Les autorités portuaires au défi de la planification stratégique

Source: Maïté VERDOL (2011)
Vue du chantier de la Maasvlakte 2. Source: Maïté VERDOL (2011) 

Dans un contexte marqué notamment par la rareté du foncier, la complexification des systèmes de gouvernance territoriaux et portuaires, le besoin d’une vision fondée sur des outils efficients se fait sentir pour assurer le développement des infrastructures portuaires.

Comment concevoir, élaborer et mettre en oeuvre des projets d’infrastructures pour développer l’activité portuaire? Quelle place accorder aux variables spatiale et temporelle tout en prenant en compte les attentes des diverses catégories de parties prenantes?

L’approche proposée par Michaël Dooms offre des éléments de réponse à ce sujet. Son choix d’appliquer le modèle d’analyse des outils de coopération et de changement proposé par Christensen et al. (2006) à l’examen des processus de développement des projets d’infrastructures portuaires offre une grille de lecture des moyens déployés par les acteurs associés à la mise en oeuvre des projets. En outre, Michaël Dooms opte pour une approche spécifique aux diverses catégories de projets en fonction de leur horizon temporel et de leur périmètre. A la possibilité d’évaluer le positionnement des acteurs à travers leur marge de manoeuvre et ainsi de cerner les chances de succès des projets, s’ajoute donc celle d’élaborer des modes spécifiques de coordination des parties prenantes.

Cependant, en dépit de sa richesse et de son caractère opérationnel, cette grille d’analyse présente une limite en ce qu’elle ne semble intégrer que de manière limitée les dimensions multiscalaire et multisectorielle qui constituent l’essence des projets ayant un impact sur l’aménagement des territoires. Une approche fondée sur la recherche d’une plus grande cohérence entre les projets des autorités portuaires et les stratégies d’aménagement des collectivités permettrait sans doute de dépasser cette barrière.

Séminaire EMAR-IFSTTAR, « La planification stratégique des infrastructures portuaires  » par Michaël DOOMS, le 06 décembre 2013

Dans le cadre de son cycle de séminaire EMAR, l’équipe AME-SPLOTT du laboratoire IFSTTAR accueille Michaël DOOMS, maître de conférences à la Solvay Business School et à l’Université Libre néerlandophone de Bruxelles (VUB) pour une présentation intitulée « La planification stratégique des infrastructures portuaires. Enjeux et modalités de la coordination des parties-prenantes dans des environnements complexes« .

La rencontre aura lieu de 10h30 à 13h00 dans les locaux de l’Union des Ports de France/Association pour le Développement des Ports Français au 1er étage, 8, Place du Général Catroux 75017 – Paris (Métro : Malesherbes).

 

Retrouvez un résumé de la présentation ici.