Archives par mot-clé : Infrastructures portuaires

Brève de P&T: publication du rapport particulier de la Cour des Comptes sur le Grand Port Maritime du Havre

La Cour des Comptes a rendu public  le 30 mars dernier un rapport1 sur la gestion du Grand Port Maritime du Havre pour la période 2008-2013.

À travers cette publication, l’institution entend dresser un bilan de la gestion financière et de la politique stratégique de l’établissement public dans le contexte de l’après-réforme portuaire:

Malgré un climat social tendu et un contexte économique défavorable, la réforme portuaire a été menée à bien au Havre au prix de dépenses nouvelles de personnel. La Cour estime que le projet stratégique 2009-2013 a été trop ambitieux en matière d’investissement et trop optimiste en ce qui concerne les trafics et qu’il convient que celui pour 2014-2019 évite ces écueils. Par ailleurs, la politique domaniale du GMPH doit être rénovée et sa gestion des ressources humaines est perfectible. Pour redresser un trafic en décroissance, la Cour préconise le développement du fret ferroviaire avec l’appui de l’État. Elle formule huit recommandations2.

Retrouvez le rapport complet et les réponses du président du directoire ainsi que celles des ministres de l’économie et des finances via le site de la Cour des Comptes.

1 Cour des Comptes, Rapport particulier Grand port maritime du Havre, (GPMH), Exercices 2008 à 2013, actualisation à 2014 pour la gestion, rapport n° S 2015-1345, octobre 2015, 119 pages.

2 Cour des Comptes, en ligne, ccomptes.fr.

Séminaire EMAR-IFSTTAR « L’ouverture portuaire de l’Inde à la mondialisation au travers du prisme de la conteneurisation » animé par Jacques CHARLIER, le 04 décembre 2015

La nouvelle saison du cycle de séminaires EMAR-IFSTTAR redémarre avec une séance consacrée à l’Inde!

Alors que l’Union indienne est mise au programme des concours en 2016, cette contribution de Jacques CHARLIER, professeur émérite de géographie à l’Université de Louvain-la-Neuve, promet d’offrir un éclairage particulièrement enrichissant sur le système portuaire indien et ses mutations récentes. Elle sera suivie d’un débat animé par Patrick NIÉRAT, chercheur à l’Ifsttar.

La littérature maritimiste contemporaine est pratiquement muette à propos des ports indiens, alors qu’une « révolution portuaire » (qui suscite l’intérêt de ports comme Anvers ou Dunkerque) est en train de s’y dérouler, un peu à l’image de celle observée en Chine il y a une vingtaine d’années. Longtemps repliée sur elle-même, l’Inde est en train de s’ouvrir à la mondialisation, non sans de grosses difficultés au niveau de ses infrastructures, notamment portuaires et d’arrière-pays.  L’exposé vise à donner une vue d’ensemble sur le système portuaire du pays et des spectaculaires évolutions qui y ont été observées lors du dernier quart de siècle, avec un trafic de conteneurs qui est passé de moins de moins d’un million d’EVP en 1990 à près de 12 millions en 2014. Globalement, la desserte de l’Inde  était fortement feederisée jusqu’à présent (depuis le Moyen Orient, Colombo ou Singapour) et tous les investissements en cours visent principalement à permettre des dessertes directes, en lien avec des profondeurs supérieures et un marché national qui atteint une masse critique suffisante ; une inversion est même envisageable, une partie de l’Océan Indien pouvant à l’avenir être feederisée depuis certains ports indiens, enclenchant ainsi un cercle vertueux. Dans certains cas, une desserte triangulaire impliquant aussi l’Afrique de l’Est, voire l’Afrique du Sud, est envisageable pour donner un aliment suffisant aux petits overpanamax qui commenceraient à être engagés. Contrairement à la Chine, dont l’essor portuaire s’est accompagné d’un spectaculaire développement de la flotte conteneurisée nationale, l’Inde semble toutefois ne pas pouvoir investir, faute de moyens et d’acteurs dynamiques, dans une flotte qui serait à la mesure des besoins du pays.

Rendez-vous le vendredi 4 décembre 2015 de 10h30 à 12h30 (accueil café à 10h15) dans les locaux de Voies Navigables de France (salle 1er étage) au  156 Rue du Faubourg Saint-Denis 75010 – Paris. Métro : Gare du Nord.

Les inscriptions se font via le Formulaire d’inscription au séminaire EMAR-IFSTTAR mis en ligne par les organisateurs.

Émergence d’un Port Center : vers un nouveau dialogue entre port et citoyens en Guadeloupe ?

Couverture de la Charte des missions d'un Port Center. Source: AIVP
Couverture de la Charte des missions d’un Port Center. Source: AIVP

Inspiré des démarches initiées par les autorités portuaires d’Europe du nord – notamment celle d’Anvers, le concept de Port Center s’est progressivement diffusé en Europe et dans le monde (ex. Italie, Australie).

Les Port Center sont à la fois des espaces d’accueil du public et le réceptacle d’échanges entre le monde de l’éducation et les entreprises. Ils ont vocation à fournir un lieu de réponse aux questions environnementales et une contribution au développement économique régional qui constituent des enjeux majeurs des régions portuaires.

En mobilisant plusieurs leviers d’action et moyens de communication (ex. forum des métiers, expositions, programmes d’immersion professionnelle de courte durée, présence sur les réseaux sociaux), les Port Center permettent aux autorités portuaires d’informer la population ainsi que les usagers directs sur les projets d’infrastructure tout en s’impliquant dans la formation professionnelle pour favoriser l’émergence d’une main-d’œuvre qualifiée forte d’une culture maritime et portuaire.

En sus de renouveler l’image du port, il s’agit de fédérer les différentes parties prenantes de l’activité portuaire, parmi lesquelles les entreprises clientes du port et les collectivités locales, mais aussi et surtout le grand public.

C’est avec le soutien de l’AIVP qui anime un réseau des Port Center (Port Center Network) que le Grand Port Maritime de Guadeloupe s’est lancé dans la démarche. Elle a été officialisée le 26 mars dernier à l’occasion des Journées Régionales de l’AIVP. La signature de la Charte des missions d’un Port Center a rassemblé la Chambre de Commerce et d’Industrie des Îles de Guadeloupe, la Communauté d’Agglomération Cap Excellence, la Ville de Pointe-à-Pitre et celle de Baie-Mahault, le Conseil Régional, le Cluster Maritime et l’Union Maritime et Portuaire.

Dans un contexte marqué par :

Pour améliorer l’accès au port, l’extraction des matériaux les plus durs et de ceux situés dans les zones peu profondes s’effectue par d’une pelle sur ponton, le« Postnik Yakovlev » (photo). Il est associé à une drague aspiratrice en marche (DAM), le « Pedro Alvarez Cabral».  (M.VERDOL, 26 mars 2015).
Pour améliorer l’accès au port, l’extraction des matériaux les plus durs et de ceux situés dans les zones peu profondes est effectuée à l’aide d’une pelle sur ponton, le« Postnik Yakovlev » (photo). Elle est associée à une drague aspiratrice en marche (DAM), le « Pedro Alvarez Cabral». (M.VERDOL, 26 mars 2015).

l’émergence d’un Port Center constitue un pas important qui témoigne de la volonté de l’autorité portuaire de s’investir durablement dans son territoire.

Pour instaurer un véritable dialogue, la concrétisation de l’initiative guadeloupéenne devra intégrer une analyse fine de l’ambivalence de l’imaginaire portuaire dans un cadre postcolonial ainsi que de la complexité des interactions ville-port en milieu insulaire.

Autoroute de la mer en péril à Montoir-Gijón : l’avenir de l’un des maillons de la politique européenne en question

Conception et réalisation: Anne Gallais-Bouchet (en ligne): http://www.isemar.asso.fr/fr/pdf/carte-isemar-70.pdf
Les autoroutes de la mer en Europe. Conception et réalisation d’Anne Gallais-Bouchet (en ligne): http://www.isemar.asso.fr/fr/pdf/carte-isemar-70.pdf

Initialement conçues comme l’un des maillons de la politique de transport européenne (Réseau Transeuropéen de Transport) soutenant le transport maritime à courte distance et le report modal dans une perspective de développement durable, les autoroutes de la mer connaissent aujourd’hui de lourds dysfonctionnements.

 Alors qu’elle était censée s’inscrire dans une approche intégrée du transport – essentiellement de marchandises, la mise en œuvre de ces services s’avère en effet problématique et controversée. 

L’annonce d’une table-ronde consacrée à la relance de la ligne Montoir-Gijón le 13 janvier 2015 témoigne de ces atermoiements.

Quels financements mobiliser face un marché souvent insuffisant pour assurer la viabilité économique de la démarche? Quels leviers actionner pour encourager les parties prenantes (armateurs, entreprises de transports) à utiliser ces lignes ? Quel type d’engagement attendre des collectivités locales et des États concernés?

Pour mieux appréhender les enjeux de cet outil potentiel de valorisation d’une chaîne de transport intégrée à l’échelle européenne et de développement régional pour les États membres :

Mise en ligne de n°4 de la revue Urbanités: « Repenser la ville portuaire »

Le quatrième numéro de la revue Urbanités consacré  aux villes portuaires est en ligne.

De Baltimore à Osaka en passant notamment par Buenos Aires, Paris et Rotterdam, les contributions publiées évoquent les aspects morphologiques, économiques mais aussi institutionnels de la relation ville-port pour mettre en lumière les enjeux et dynamiques  de ces territoires au coeur de la mondialisation.

L’édition complète est en libre accès via le site de la revue.

Bonne lecture!

Appel à contribution de la revue Urbanités : « Repenser la ville portuaire »

La revue Urbanités consacre son quatrième numéro aux villes portuaires en mettant en lumière les « nouvelles activités des ports et  l’évolution de leur rapport au territoire (activités port related et port specific) »:

 Des infrastructures portuaires à la ville portuaire ; des porte-conteneurs aux musées ; des échanges aux trafics ; des marins aux touristes. La ville portuaire offre une diversité géographique, historique, sociologique, culturelle et politique que nous souhaitons aborder dans le quatrième numéro d’Urbanités.

Les auteurs sont invités à soumettre leurs contributions d’ici le 1er juin 2014 sous la forme d’articles, d’entretiens, de portraits de villes ou d’acteurs, de portfolios ou encore de vidéos.

Consultez l’appel complet via le site de la revue.

Séminaire EMAR-IFSTTAR, « La planification stratégique des infrastructures portuaires  » par Michaël DOOMS, le 06 décembre 2013

Dans le cadre de son cycle de séminaire EMAR, l’équipe AME-SPLOTT du laboratoire IFSTTAR accueille Michaël DOOMS, maître de conférences à la Solvay Business School et à l’Université Libre néerlandophone de Bruxelles (VUB) pour une présentation intitulée « La planification stratégique des infrastructures portuaires. Enjeux et modalités de la coordination des parties-prenantes dans des environnements complexes« .

La rencontre aura lieu de 10h30 à 13h00 dans les locaux de l’Union des Ports de France/Association pour le Développement des Ports Français au 1er étage, 8, Place du Général Catroux 75017 – Paris (Métro : Malesherbes).

 

Retrouvez un résumé de la présentation ici.