Appel à contribution de la revue Urbanités : « Repenser la ville portuaire »

La revue Urbanités consacre son quatrième numéro aux villes portuaires en mettant en lumière les « nouvelles activités des ports et  l’évolution de leur rapport au territoire (activités port related et port specific) »:

 Des infrastructures portuaires à la ville portuaire ; des porte-conteneurs aux musées ; des échanges aux trafics ; des marins aux touristes. La ville portuaire offre une diversité géographique, historique, sociologique, culturelle et politique que nous souhaitons aborder dans le quatrième numéro d’Urbanités.

Les auteurs sont invités à soumettre leurs contributions d’ici le 1er juin 2014 sous la forme d’articles, d’entretiens, de portraits de villes ou d’acteurs, de portfolios ou encore de vidéos.

Consultez l’appel complet via le site de la revue.

Brèves de P&T: Publication de l’ouvrage Les métropoles fluviales, Concilier aménagement et logistique pour un développement urbain durable, sous la dir. d’A.BEYER et J.DEBRIE

Les métropoles fluviales, Concilier aménagement et logistique pour un développement urbain durable,  rédigé sous la direction d’Antoine BEYER et Jean DEBRIE vient de paraître aux éditions l’Oeil d’Or !

« Le fleuve fait un retour remarqué dans l’aménagement des villes européennes. L’enjeu de cet ouvrage, associant géographes, sociologues et économistes est ainsi de comprendre le rôle du fleuve et de ses ports dans l’organisation logistique des métropoles.

À partir de recherches inédites et pluridisciplinaires sur les villes de Paris, Strasbourg, Lyon et Lille, ce livre explore de manière systématique et approfondie un rôle souvent sous-estimé d’approvisionnement aujourd’hui réinterprété.

S’appuyant sur des comparaisons internationales – des pays européens ayant historiquement privilégié la voie fluviale comme les Pays-Bas et l’Allemagne ou encore des villes fluviales comme Bruxelles, Londres qui contrastent avec les options suivies par les villes du continent nord-américain –, les auteurs apportent des éclairages nouveaux sur le fonctionnement de la voie d’eau. Ils mettent en avant le rôle clé des ports dans la reconfiguration en cours de la logistique métropolitaine.

Ces analyses sont complétées par des témoignages d’acteurs opérationnels : urbanistes, bateliers, gestionnaires de ports, élus. »

Commandez-le via:

  • le site www.loeildorenligne.com;
  • par courrier en nous retournant le bon de commande à l’adressesuivante : Editions L’Œil d’or 118 rue Jean-Pierre Timbaud 75011 Paris accompagné d’un chèque de 24 € x … nbre d’exemplaires & de l’adresse d’expédition (frais de port offerts).

Bonne lecture !

Installation du COMER: une nouvelle étape vers l’élaboration de la future politique maritime française  

Le comité spécialisé pour la recherche marine, maritime et littorale (COMER) du Conseil National de la Mer et des Littoraux (CNML) a été installé le 31 janvier dernier.

Cette instance de coopération entre les chercheurs, les acteurs du secteur maritime et les représentants des territoires se veut être l’un des outils de l’élaboration d’une « politique maritime intégrée ». Comme l’indiquent Mer et Marine et le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie, le COMER a vocation a devenir un « lieu d’échanges entre les chercheurs et les acteurs de la mers et des littoraux ».

Parmi ses membres, on compte :

  • 12 représentants du Conseil National de la Mer et des Littoraux (CNML),
  • 11 personnalités qualifiées issues de la recherche, des collectivités locales, du secteur économique et de la société civile.

Le choix de lancer les travaux du comité en abordant la place de la recherche dans le processus d’élaboration de la stratégie nationale pour l’année 2014 semble particulièrement judicieux pour fonder une approche globale des enjeux associés à la structuration de la politique maritime française

Reconfiguration du projet de Canal Seine Nord Europe: le choix de développer une approche intégrée de l’activité portuaire

Carte du réseau Seine Escaut reconfiguré. Source: : Mission de reconfiguration du canal Seine Nord Europe. Réseau Seine-Escaut. Un projet de relance pour la croissance. Rapport au ministre délégué chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche par le député Rémi Pauvros, 2013, page 3.
Carte du réseau Seine Escaut reconfiguré. Source: : Mission de reconfiguration du canal Seine Nord Europe. Réseau Seine-Escaut. Un projet de relance pour la croissance. Rapport au ministre délégué chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche par le député Rémi Pauvros, 2013, page 3.

Maillon central d’une liaison fluviale européenne Seine-Escaut, le Canal Seine Nord Europe compte parmi les trente projets prioritaires du Réseau Trans-Européen de Transport depuis avril 2004. Le projet occupe cependant le champ des politiques d’aménagement en France depuis le début des années 1990. En effet, la possibilité de cette liaison grand gabarit a fait l’objet d’un débat public dès 1993. Par suite, des études ont été menées entre 1995 et 2002 concernant le choix du tracé, avant que le projet ne soit inscrit au Comité Interministériel d’Aménagement et de Développement du Territoire comme priorité nationale en 2003.

Le projet initial prévoyait la construction entre Compiègne (Oise) et Aubencheul au Bac (Nord), de 106 km de canal à grand gabarit accessible aux unités fluviales de 4400 tonnes. Il intégrait la construction de quatre plateformes multimodales en bord de canal, d’une emprise globale de 360 ha, sur les secteurs de Noyon (Oise), Nesle et Péronne (Somme) ainsi que de Marquion (Pas de Calais). Cependant, les coûts importants du projet pour l’Etat en menaçait la réalisation. D’où la mise en place d’une mission de reconfiguration.

A l’issue des travaux conduits par Rémi PAUVROS au cours de l’année 2013 – dont le rapport a été rendu public le 11 décembre 2013 -, l’option de départ a fait l’objet d’une réorganisation tant sur le plan de la méthode de mise en œuvre que sur celui du contenu .  

Dans sa nouvelle version, le projet conserve la même longueur de parcours et son gabarit. En revanche, le nombre d’écluses est revu à la baisse ( 3 au lieu de 4), une portion du canal du Nord sera réutilisée, et une partie de la réalisation des grands équipements jugés « spécifiques » est différée en préservant les conditions de leur mise en œuvre. En outre, le développement des plateformes multimodales est confié aux collectivités locales. Enfin, le financement et la gouvernance ont été repensés. Ainsi, la contribution de l’Union européenne passe de 6,22% (soit 33Md’€) à 40% du coût des travaux et 50% du coût des études. De même, la contribution des collectivités augmente, notamment celle des conseils régionaux. Concernant la gouvernance, la nomination d’un coordinateur national est prévue afin de suivre l’avancement du projet réalisé non plus dans le cadre d’un partenariat public-privé, mais sous l’égide d’une société publique dont les collectivités et Voies Navigables de France seront les principaux actionnaires.

Ainsi reconfiguré, le projet de Canal Seine Nord Europe se fixe pour ambition de contribuer à une politique de transport de marchandises globale prenant en considération aussi bien les volets relatifs à l’économie, qu’à l’infrastructure et au développement durable.

Dans une perspective d’aménagement du territoire, cette étape marque le choix à la fois de l’Etat, des collectivités, des autorités portuaires et des entreprises de concrétiser une approche intégrée de l’activité portuaire.

Comme l’ont judicieusement rappelé les parties prenantes au rang desquelles Ports de Paris, cette liaison fluviale associée aux plateformes logistiques revêt un caractère primordial pour l’approvisionnement de la région capitale, et l’activité économique dans les régions traversées.

En sus d’être un outil pour accroître les échanges entre le bassin parisien et le reste de l’Europe, ce projet se présente comme un challenge pour le port du Havre et ses partenaires d’Haropa face à leurs concurrents d’Europe du Nord. La dynamique qui l’accompagne invite en effet à reconsidérer non seulement les modalités de traitement des marchandises dans les ports, mais aussi les moyens de leur acheminement et de leur redistribution à différentes échelles.

« La relation ville-fleuve-port dans les projets urbains: acteurs et instruments d’une reconnexion (Strasbourg, Lyon) » de Jean DEBRIE

Affectation du sol du port de Strasbourg et axe d’urbanisation Strasbourg-Kehl. Sources: Route 500 ©, Port autonome de Strasbourg, Communauté Urbaine de Strasbourg, SCOTER, 2006, Programme ANR Villes Durables, Projet Fluide (2010-2013), in Jean DEBRIE (2013) (en ligne: http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26118/img-2.png).
Affectation du sol du port de Strasbourg et axe d’urbanisation Strasbourg-Kehl. (Sources: Route 500 ©, Port autonome de Strasbourg, Communauté Urbaine de Strasbourg, SCOTER, 2006, Programme ANR Villes Durables, Projet Fluide (2010-2013), in Jean DEBRIE (2013) (en ligne: http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26118/img-2.png).

La reconfiguration des systèmes de gouvernance portuaire et territoriale suscite des interrogations quant à l’avènement d’une nouvelle phase des relations entre villes et ports.

Dans le cas des villes portuaires maritimes, l’analyse des impacts territoriaux a été relancée par la mise en oeuvre des réformes portuaires en Europe. Si elles n’ont pas été concernées par ce processus, les villes portuaires fluviales n’en connaissent pas moins un renouvellement des relations ville-port.

C’est la thèse que défend Jean DEBRIE dans sa publication en évoquant le développement d’une phase de « reconnexion physique et institutionnelle » entre ville et port sur le fleuve. En adoptant une approche par les cas portant sur Strasbourg et Lyon, DEBRIE analyse les modalités de ce rapprochement à travers le volet développement durable des projets territorialisés déployés à différentes échelles par les deux catégories d’acteurs que sont les gestionnaires fluviaux et les collectivités territoriales. Cette démarche d’exploration des projets est associée à une grille conceptuelle adaptée de la science politique. DEBRIE mobilise en effet la grille de lecture « secteur/territoire«  pour examiner les catégories d’acteurs évoquées et leurs interactions avec des partenaires extérieurs, ainsi que les modalités de traitement de la relation ville-fleuve-port.

Cet examen du « dialogue » entre ports et territoires et des outils de sa mise en oeuvre est donc fondé sur une approche pluridisciplinaire. Il est en outre fourni en carte et schémas analytiques éclairants. Aussi,  il représente une clé de lecture efficace de l’inscription territoriale des ports fluviaux et constitue un apport méthodologique pour le champ de la géographie-aménagement.

Retrouvez  l’article complet via le site la revue Cybergéo sous la référence:  Jean Debrie, « La relation ville-fleuve-port dans les projets urbains : acteurs et instruments d’une reconnexion (Strasbourg, Lyon) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Aménagement, Urbanisme, document 659, mis en ligne le 12 décembre 2013, consulté le 23 décembre 2013. URL : http://cybergeo.revues.org/26118 ; DOI : 10.4000/cybergeo.26118

Les autorités portuaires au défi de la planification stratégique

Source: Maïté VERDOL (2011)
Vue du chantier de la Maasvlakte 2. Source: Maïté VERDOL (2011) 

Dans un contexte marqué notamment par la rareté du foncier, la complexification des systèmes de gouvernance territoriaux et portuaires, le besoin d’une vision fondée sur des outils efficients se fait sentir pour assurer le développement des infrastructures portuaires.

Comment concevoir, élaborer et mettre en oeuvre des projets d’infrastructures pour développer l’activité portuaire? Quelle place accorder aux variables spatiale et temporelle tout en prenant en compte les attentes des diverses catégories de parties prenantes?

L’approche proposée par Michaël Dooms offre des éléments de réponse à ce sujet. Son choix d’appliquer le modèle d’analyse des outils de coopération et de changement proposé par Christensen et al. (2006) à l’examen des processus de développement des projets d’infrastructures portuaires offre une grille de lecture des moyens déployés par les acteurs associés à la mise en oeuvre des projets. En outre, Michaël Dooms opte pour une approche spécifique aux diverses catégories de projets en fonction de leur horizon temporel et de leur périmètre. A la possibilité d’évaluer le positionnement des acteurs à travers leur marge de manoeuvre et ainsi de cerner les chances de succès des projets, s’ajoute donc celle d’élaborer des modes spécifiques de coordination des parties prenantes.

Cependant, en dépit de sa richesse et de son caractère opérationnel, cette grille d’analyse présente une limite en ce qu’elle ne semble intégrer que de manière limitée les dimensions multiscalaire et multisectorielle qui constituent l’essence des projets ayant un impact sur l’aménagement des territoires. Une approche fondée sur la recherche d’une plus grande cohérence entre les projets des autorités portuaires et les stratégies d’aménagement des collectivités permettrait sans doute de dépasser cette barrière.

Journées d’études « Zones portuaires, aménagements, réaménagements, réhabilitations de l’Antiquité à nos jours », les 16 et 17 janvier 2014

L’Université de Caen Basse-Normandie, en collaboration avec le Centre de Recherche d’Histoire quantitative (UMR 6583 CNRS/UCBN), le Pôle maritime et le programme Villes et sciences sociales de la MRSH  organisent deux journées d’études consacrées aux zones portuaires les 16 et 17 janvier prochains à l’Université de Caen Basse-Normandie.

Ces journées se proposent d’aborder les relations entre outils portuaires et espaces urbains dans une perspective diachronique. En vue de déterminer les interactions entre morphologie urbaine et développement des infrastructures portuaires, ces journées seront structurées autour de deux sessions, « Les ports et leurs aménagements : contraintes et enjeux » et « Les aménagements portuaires faces aux mutations économiques et techniques  : les enjeux urbanistiques » qui traiteront des études de cas européens (France, Italie) et internationaux (Emirats Arabes Unis) .

Retrouvez un résumé et le programme complet via Calenda ici.

Séminaire EMAR-IFSTTAR, « La planification stratégique des infrastructures portuaires  » par Michaël DOOMS, le 06 décembre 2013

Dans le cadre de son cycle de séminaire EMAR, l’équipe AME-SPLOTT du laboratoire IFSTTAR accueille Michaël DOOMS, maître de conférences à la Solvay Business School et à l’Université Libre néerlandophone de Bruxelles (VUB) pour une présentation intitulée « La planification stratégique des infrastructures portuaires. Enjeux et modalités de la coordination des parties-prenantes dans des environnements complexes« .

La rencontre aura lieu de 10h30 à 13h00 dans les locaux de l’Union des Ports de France/Association pour le Développement des Ports Français au 1er étage, 8, Place du Général Catroux 75017 – Paris (Métro : Malesherbes).

 

Retrouvez un résumé de la présentation ici.

Rapport annuel du Cluster Maritime Français: un portrait dynamique des acteurs du secteur maritime

Dans le cadre de la mission de promotion de l’économie maritime qu’il s’est fixé, le Cluster Maritime Français, formellement institué en 2006 à l’issue d’intenses échanges au sein du Réseau européen des clusters maritimes, publie chaque année une « Brochure de l’économie maritime française ».

L’édition 2012-2013 offre un recensement des filières de l’économie liées aux activités maritimes françaises qu’elle replace dans leur contexte européen et mondial. Largement fourni en statistiques récentes, ce rapport permet notamment d’estimer le nombre d’emplois directs engendrés par l’économie maritime ( 300 780 personnes en 2012 qui représentent 1.5% de la population active totale de la France) et de disposer d’un aperçu de la diversité des acteurs des filières françaises.

En ce sens, il met à disposition un portrait dynamique de la communauté des acteurs du secteur maritime français aussi bien dans l’hexagone qu’outre-mer.

9ème Assises de l’economie maritime et du littoral, les 3 et 4 décembre 2013

Organisée à l’initiative de l’hebdomadaire Le marin et le quotidien Les Echos en partenariat avec la Région Languedoc-Roussillon, le Cluster maritime français et l’Institut français de la mer, la neuvième édition des Assises de l’économie maritime et du littoral qui se tiendra cette année à Montpellier, abordera les différents enjeux des filières économiques de  l’activité maritime. Les thématiques « compétitivité des acteurs français dans le contexte maritime mondial », « innovation, moteur de compétitivité », « réduction de la facture énergétique des navires »,   » nouveaux horizons de l’économie maritimes », ou encore « confrontation des enjeux maritimes et des impératifs budgétaires » structureront les interventions des acteurs économiques et politiques attendus.

Dossier spécial du n°390 d’Urbanisme : « Hambourg à l’heure de l’IBA »

En associant l’analyse des mécanismes de l’opération de régénération urbaine HafenCity située au coeur d’un ancien territoire portuaire, à un examen de la dimension identitaire présente dans la démarche IBA-Sprung über die Elbe (littéralement: »Exposition d’architecture internationale- Saut par dessus l’Elbe ») et de la démarche de planification stratégique à l’échelle métropolitaine qui l’accompagne, ce dossier offre une approche critique particulièrement dense qui parvient à mettre en lumière les différents aspects que ce type de projet peut prendre dans une ville portuaire européenne et leurs impacts spatiaux.

Les contributions de Pierre Gras et de Michel Micheau consacrées respectivement  à une mise en perspective historique du développement urbain d’Hambourg et de sa place au sein de la ligue hanséatique et à la lecture des relations ville-port par le biais des projets de la municipalité et de l’autorité portuaire d’Hambourg (HPA) sont particulièrement éclairantes.

 

Ports & Territoires

Au cœur des échanges de l’Europe avec le monde, l’activité portuaire représente un enjeu majeur pour l’Union européenne et chacun de ses pays membres. Les évolutions engendrées par les innovations technologiques d’une part, la globalisation de la production et de la distribution des biens manufacturés d’autre part, ont profondément bouleversé l’activité maritime.
Ces transformations sont lourdes de conséquences en matière spatiale, socio-économique et institutionnelle pour les territoires. En témoignent notamment le besoin de requalification des friches urbaines issues du divorce entre villes et ports, la nécessaire adaptation à l’évolution du poids de l’emploi lié à l’activité portuaire ou encore la reconfiguration progressive des relations entre les représentants des territoires, ceux de la sphère privée et des autorités portuaires à l’occasion des réformes portuaires.
Ces mutations s’inscrivent dans un contexte tout aussi mouvant en matière de politiques d’aménagement et de développement régional au sein de l’Union européenne.
D’où l’intérêt de proposer une veille scientifique accessible sur les modalités de prise en compte des enjeux liés à l’inscription de l’activité portuaire dans les territoires à différentes échelles. Afin de proposer une vision globale de la question, cinq thèmes seront abordés à savoir:
– les relations entre villes et ports sur le plan urbanistique (catégorie « Les visages des territoires urbano-portuaires),
– l’insertion des projets d’expansion des infrastructures portuaires (catégorie « Des ports et des projets »),
– la politique maritime et portuaire européenne (catégorie « L’Europe, ses territoires et ses ports »),
– la gouvernance des territoires urbano-portuaires (catégorie « Gouvernance portuaire et territoriale »)
– les ports dans le développement régional (catégorie « Les ports dans le développement régional »).

Observatoire sur les dimensions de l'inscription territoriale des ports maritimes et fluviaux en Europe