« La relation ville-fleuve-port dans les projets urbains: acteurs et instruments d’une reconnexion (Strasbourg, Lyon) » de Jean DEBRIE

Affectation du sol du port de Strasbourg et axe d’urbanisation Strasbourg-Kehl. Sources: Route 500 ©, Port autonome de Strasbourg, Communauté Urbaine de Strasbourg, SCOTER, 2006, Programme ANR Villes Durables, Projet Fluide (2010-2013), in Jean DEBRIE (2013) (en ligne: http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26118/img-2.png).
Affectation du sol du port de Strasbourg et axe d’urbanisation Strasbourg-Kehl. (Sources: Route 500 ©, Port autonome de Strasbourg, Communauté Urbaine de Strasbourg, SCOTER, 2006, Programme ANR Villes Durables, Projet Fluide (2010-2013), in Jean DEBRIE (2013) (en ligne: http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26118/img-2.png).

La reconfiguration des systèmes de gouvernance portuaire et territoriale suscite des interrogations quant à l’avènement d’une nouvelle phase des relations entre villes et ports.

Dans le cas des villes portuaires maritimes, l’analyse des impacts territoriaux a été relancée par la mise en oeuvre des réformes portuaires en Europe. Si elles n’ont pas été concernées par ce processus, les villes portuaires fluviales n’en connaissent pas moins un renouvellement des relations ville-port.

C’est la thèse que défend Jean DEBRIE dans sa publication en évoquant le développement d’une phase de « reconnexion physique et institutionnelle » entre ville et port sur le fleuve. En adoptant une approche par les cas portant sur Strasbourg et Lyon, DEBRIE analyse les modalités de ce rapprochement à travers le volet développement durable des projets territorialisés déployés à différentes échelles par les deux catégories d’acteurs que sont les gestionnaires fluviaux et les collectivités territoriales. Cette démarche d’exploration des projets est associée à une grille conceptuelle adaptée de la science politique. DEBRIE mobilise en effet la grille de lecture « secteur/territoire«  pour examiner les catégories d’acteurs évoquées et leurs interactions avec des partenaires extérieurs, ainsi que les modalités de traitement de la relation ville-fleuve-port.

Cet examen du « dialogue » entre ports et territoires et des outils de sa mise en oeuvre est donc fondé sur une approche pluridisciplinaire. Il est en outre fourni en carte et schémas analytiques éclairants. Aussi,  il représente une clé de lecture efficace de l’inscription territoriale des ports fluviaux et constitue un apport méthodologique pour le champ de la géographie-aménagement.

Retrouvez  l’article complet via le site la revue Cybergéo sous la référence:  Jean Debrie, « La relation ville-fleuve-port dans les projets urbains : acteurs et instruments d’une reconnexion (Strasbourg, Lyon) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Aménagement, Urbanisme, document 659, mis en ligne le 12 décembre 2013, consulté le 23 décembre 2013. URL : http://cybergeo.revues.org/26118 ; DOI : 10.4000/cybergeo.26118

Les autorités portuaires au défi de la planification stratégique

Source: Maïté VERDOL (2011)
Vue du chantier de la Maasvlakte 2. Source: Maïté VERDOL (2011) 

Dans un contexte marqué notamment par la rareté du foncier, la complexification des systèmes de gouvernance territoriaux et portuaires, le besoin d’une vision fondée sur des outils efficients se fait sentir pour assurer le développement des infrastructures portuaires.

Comment concevoir, élaborer et mettre en oeuvre des projets d’infrastructures pour développer l’activité portuaire? Quelle place accorder aux variables spatiale et temporelle tout en prenant en compte les attentes des diverses catégories de parties prenantes?

L’approche proposée par Michaël Dooms offre des éléments de réponse à ce sujet. Son choix d’appliquer le modèle d’analyse des outils de coopération et de changement proposé par Christensen et al. (2006) à l’examen des processus de développement des projets d’infrastructures portuaires offre une grille de lecture des moyens déployés par les acteurs associés à la mise en oeuvre des projets. En outre, Michaël Dooms opte pour une approche spécifique aux diverses catégories de projets en fonction de leur horizon temporel et de leur périmètre. A la possibilité d’évaluer le positionnement des acteurs à travers leur marge de manoeuvre et ainsi de cerner les chances de succès des projets, s’ajoute donc celle d’élaborer des modes spécifiques de coordination des parties prenantes.

Cependant, en dépit de sa richesse et de son caractère opérationnel, cette grille d’analyse présente une limite en ce qu’elle ne semble intégrer que de manière limitée les dimensions multiscalaire et multisectorielle qui constituent l’essence des projets ayant un impact sur l’aménagement des territoires. Une approche fondée sur la recherche d’une plus grande cohérence entre les projets des autorités portuaires et les stratégies d’aménagement des collectivités permettrait sans doute de dépasser cette barrière.

Journées d’études « Zones portuaires, aménagements, réaménagements, réhabilitations de l’Antiquité à nos jours », les 16 et 17 janvier 2014

L’Université de Caen Basse-Normandie, en collaboration avec le Centre de Recherche d’Histoire quantitative (UMR 6583 CNRS/UCBN), le Pôle maritime et le programme Villes et sciences sociales de la MRSH  organisent deux journées d’études consacrées aux zones portuaires les 16 et 17 janvier prochains à l’Université de Caen Basse-Normandie.

Ces journées se proposent d’aborder les relations entre outils portuaires et espaces urbains dans une perspective diachronique. En vue de déterminer les interactions entre morphologie urbaine et développement des infrastructures portuaires, ces journées seront structurées autour de deux sessions, « Les ports et leurs aménagements : contraintes et enjeux » et « Les aménagements portuaires faces aux mutations économiques et techniques  : les enjeux urbanistiques » qui traiteront des études de cas européens (France, Italie) et internationaux (Emirats Arabes Unis) .

Retrouvez un résumé et le programme complet via Calenda ici.