Archives de catégorie : Les ports dans le développement régional / Ports and régional development

Émergence d’un Port Center : vers un nouveau dialogue entre port et citoyens en Guadeloupe ?

Couverture de la Charte des missions d'un Port Center. Source: AIVP
Couverture de la Charte des missions d’un Port Center. Source: AIVP

Inspiré des démarches initiées par les autorités portuaires d’Europe du nord – notamment celle d’Anvers, le concept de Port Center s’est progressivement diffusé en Europe et dans le monde (ex. Italie, Australie).

Les Port Center sont à la fois des espaces d’accueil du public et le réceptacle d’échanges entre le monde de l’éducation et les entreprises. Ils ont vocation à fournir un lieu de réponse aux questions environnementales et une contribution au développement économique régional qui constituent des enjeux majeurs des régions portuaires.

En mobilisant plusieurs leviers d’action et moyens de communication (ex. forum des métiers, expositions, programmes d’immersion professionnelle de courte durée, présence sur les réseaux sociaux), les Port Center permettent aux autorités portuaires d’informer la population ainsi que les usagers directs sur les projets d’infrastructure tout en s’impliquant dans la formation professionnelle pour favoriser l’émergence d’une main-d’œuvre qualifiée forte d’une culture maritime et portuaire.

En sus de renouveler l’image du port, il s’agit de fédérer les différentes parties prenantes de l’activité portuaire, parmi lesquelles les entreprises clientes du port et les collectivités locales, mais aussi et surtout le grand public.

C’est avec le soutien de l’AIVP qui anime un réseau des Port Center (Port Center Network) que le Grand Port Maritime de Guadeloupe s’est lancé dans la démarche. Elle a été officialisée le 26 mars dernier à l’occasion des Journées Régionales de l’AIVP. La signature de la Charte des missions d’un Port Center a rassemblé la Chambre de Commerce et d’Industrie des Îles de Guadeloupe, la Communauté d’Agglomération Cap Excellence, la Ville de Pointe-à-Pitre et celle de Baie-Mahault, le Conseil Régional, le Cluster Maritime et l’Union Maritime et Portuaire.

Dans un contexte marqué par :

Pour améliorer l’accès au port, l’extraction des matériaux les plus durs et de ceux situés dans les zones peu profondes s’effectue par d’une pelle sur ponton, le« Postnik Yakovlev » (photo). Il est associé à une drague aspiratrice en marche (DAM), le « Pedro Alvarez Cabral».  (M.VERDOL, 26 mars 2015).
Pour améliorer l’accès au port, l’extraction des matériaux les plus durs et de ceux situés dans les zones peu profondes est effectuée à l’aide d’une pelle sur ponton, le« Postnik Yakovlev » (photo). Elle est associée à une drague aspiratrice en marche (DAM), le « Pedro Alvarez Cabral». (M.VERDOL, 26 mars 2015).

l’émergence d’un Port Center constitue un pas important qui témoigne de la volonté de l’autorité portuaire de s’investir durablement dans son territoire.

Pour instaurer un véritable dialogue, la concrétisation de l’initiative guadeloupéenne devra intégrer une analyse fine de l’ambivalence de l’imaginaire portuaire dans un cadre postcolonial ainsi que de la complexité des interactions ville-port en milieu insulaire.

Reconfiguration du projet de Canal Seine Nord Europe: le choix de développer une approche intégrée de l’activité portuaire

Carte du réseau Seine Escaut reconfiguré. Source: : Mission de reconfiguration du canal Seine Nord Europe. Réseau Seine-Escaut. Un projet de relance pour la croissance. Rapport au ministre délégué chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche par le député Rémi Pauvros, 2013, page 3.
Carte du réseau Seine Escaut reconfiguré. Source: : Mission de reconfiguration du canal Seine Nord Europe. Réseau Seine-Escaut. Un projet de relance pour la croissance. Rapport au ministre délégué chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche par le député Rémi Pauvros, 2013, page 3.

Maillon central d’une liaison fluviale européenne Seine-Escaut, le Canal Seine Nord Europe compte parmi les trente projets prioritaires du Réseau Trans-Européen de Transport depuis avril 2004. Le projet occupe cependant le champ des politiques d’aménagement en France depuis le début des années 1990. En effet, la possibilité de cette liaison grand gabarit a fait l’objet d’un débat public dès 1993. Par suite, des études ont été menées entre 1995 et 2002 concernant le choix du tracé, avant que le projet ne soit inscrit au Comité Interministériel d’Aménagement et de Développement du Territoire comme priorité nationale en 2003.

Le projet initial prévoyait la construction entre Compiègne (Oise) et Aubencheul au Bac (Nord), de 106 km de canal à grand gabarit accessible aux unités fluviales de 4400 tonnes. Il intégrait la construction de quatre plateformes multimodales en bord de canal, d’une emprise globale de 360 ha, sur les secteurs de Noyon (Oise), Nesle et Péronne (Somme) ainsi que de Marquion (Pas de Calais). Cependant, les coûts importants du projet pour l’Etat en menaçait la réalisation. D’où la mise en place d’une mission de reconfiguration.

A l’issue des travaux conduits par Rémi PAUVROS au cours de l’année 2013 – dont le rapport a été rendu public le 11 décembre 2013 -, l’option de départ a fait l’objet d’une réorganisation tant sur le plan de la méthode de mise en œuvre que sur celui du contenu .  

Dans sa nouvelle version, le projet conserve la même longueur de parcours et son gabarit. En revanche, le nombre d’écluses est revu à la baisse ( 3 au lieu de 4), une portion du canal du Nord sera réutilisée, et une partie de la réalisation des grands équipements jugés « spécifiques » est différée en préservant les conditions de leur mise en œuvre. En outre, le développement des plateformes multimodales est confié aux collectivités locales. Enfin, le financement et la gouvernance ont été repensés. Ainsi, la contribution de l’Union européenne passe de 6,22% (soit 33Md’€) à 40% du coût des travaux et 50% du coût des études. De même, la contribution des collectivités augmente, notamment celle des conseils régionaux. Concernant la gouvernance, la nomination d’un coordinateur national est prévue afin de suivre l’avancement du projet réalisé non plus dans le cadre d’un partenariat public-privé, mais sous l’égide d’une société publique dont les collectivités et Voies Navigables de France seront les principaux actionnaires.

Ainsi reconfiguré, le projet de Canal Seine Nord Europe se fixe pour ambition de contribuer à une politique de transport de marchandises globale prenant en considération aussi bien les volets relatifs à l’économie, qu’à l’infrastructure et au développement durable.

Dans une perspective d’aménagement du territoire, cette étape marque le choix à la fois de l’Etat, des collectivités, des autorités portuaires et des entreprises de concrétiser une approche intégrée de l’activité portuaire.

Comme l’ont judicieusement rappelé les parties prenantes au rang desquelles Ports de Paris, cette liaison fluviale associée aux plateformes logistiques revêt un caractère primordial pour l’approvisionnement de la région capitale, et l’activité économique dans les régions traversées.

En sus d’être un outil pour accroître les échanges entre le bassin parisien et le reste de l’Europe, ce projet se présente comme un challenge pour le port du Havre et ses partenaires d’Haropa face à leurs concurrents d’Europe du Nord. La dynamique qui l’accompagne invite en effet à reconsidérer non seulement les modalités de traitement des marchandises dans les ports, mais aussi les moyens de leur acheminement et de leur redistribution à différentes échelles.

Rapport annuel du Cluster Maritime Français: un portrait dynamique des acteurs du secteur maritime

Dans le cadre de la mission de promotion de l’économie maritime qu’il s’est fixé, le Cluster Maritime Français, formellement institué en 2006 à l’issue d’intenses échanges au sein du Réseau européen des clusters maritimes, publie chaque année une « Brochure de l’économie maritime française ».

L’édition 2012-2013 offre un recensement des filières de l’économie liées aux activités maritimes françaises qu’elle replace dans leur contexte européen et mondial. Largement fourni en statistiques récentes, ce rapport permet notamment d’estimer le nombre d’emplois directs engendrés par l’économie maritime ( 300 780 personnes en 2012 qui représentent 1.5% de la population active totale de la France) et de disposer d’un aperçu de la diversité des acteurs des filières françaises.

En ce sens, il met à disposition un portrait dynamique de la communauté des acteurs du secteur maritime français aussi bien dans l’hexagone qu’outre-mer.

9ème Assises de l’economie maritime et du littoral, les 3 et 4 décembre 2013

Organisée à l’initiative de l’hebdomadaire Le marin et le quotidien Les Echos en partenariat avec la Région Languedoc-Roussillon, le Cluster maritime français et l’Institut français de la mer, la neuvième édition des Assises de l’économie maritime et du littoral qui se tiendra cette année à Montpellier, abordera les différents enjeux des filières économiques de  l’activité maritime. Les thématiques « compétitivité des acteurs français dans le contexte maritime mondial », « innovation, moteur de compétitivité », « réduction de la facture énergétique des navires »,   » nouveaux horizons de l’économie maritimes », ou encore « confrontation des enjeux maritimes et des impératifs budgétaires » structureront les interventions des acteurs économiques et politiques attendus.