Archives de catégorie : Gouvernance portuaire et territoriale/ Port and territorial governance

Guadeloupe Port Caraïbes au rang des finalistes du Prix ESPO 2015 pour le projet « Je découvre mon port »

Depuis 2009, l’Organisation Européenne des Ports Maritimes (ESPO) décerne le Prix ESPO qui récompense les stratégies des autorités portuaires pour améliorer leurs relations avec leur territoire. Cette année l’Organisation met à l’honneur les actions de promotion des échanges entre le secteur portuaire, les écoles et les universités.

Le Grand Port Maritime de la Guadeloupe,  qui s’est récemment engagé dans la création d’un Port Center, a été retenu parmi les finalistes de l’édition 2015 du Prix ESPO[1] aux côtés des autorités portuaires d’Anvers, Brême, Dublin et Valence.

Le projet de Guadeloupe Port Caraïbes se veut partie intégrante « d’une approche à 360° » d’un développement portuaire en milieu insulaire et tropical. L’autorité portuaire met donc l’accent sur la richesse de la biodiversité de l’archipel dans les trois principaux axes[2] de son projet :

  • favoriser la connaissance de l’environnement naturel dans lequel les activités maritimes et portuaires sont menées, notamment en soutenant la recherche universitaire (Universités des Antilles et de la Guyane et Pierre et Marie Curie) et des projets en partenariats avec des institutions locales (ex.  Le Parc Naturel de la Guadeloupe) et nationales ;
  • faire connaître les secteurs liés à l’activité maritime et portuaire et leur impact économique via des journées portes ouvertes, la publication de brochures et l’organisation de rencontres entre le public scolaire et les professionnels ;
  • élaborer une approche durable du développement des infrastructures portuaires en mobilisant l’expertise universitaire ou encore en communiquant autour des mesures de compensation environnementale mises en place par le port.

Au-delà de la compétition, l’intérêt de la participation de Guadeloupe Port Caraïbes à ce type d’évènement réside dans le fait qu’elle concrétise la volonté de l’autorité portuaire de mettre en lumière ses efforts pour se positionner comme un élément moteur du développement régional.  En outre, elle traduit un mouvement d’intégration au sein de standards européens en matière de conception du développement portuaire. En ce sens, c’est un exemple notable de la reconfiguration du rôle de l’autorité portuaire dans les régions ultra-marines françaises et de la transformation de la gouvernance portuaire et territoriale à l’œuvre.

[1] Les résultats seront annoncés le 10 novembre 2015 lors de la cérémonie de remise des prix à Bruxelles.

[2] Ces axes ont été présentés par l’autorité portuaire du Grand Port Maritime de Guadeloupe au cours d’un entretien avec les représentants de l’Organisation Européenne des Ports. Retrouvez l’intégralité de l’entretien en anglais sur le site d’ESPO : http://www.espo.be/index.php?option=com_content&view=article&id=660:espo-award-2015-shortlisted-projects-guadeloupe-port-caraibes-presents-qdiscovering-my-portq&catid=34:espo-press&Itemid=109.

Putting into practice the concept of “Energy manager”: Port of Antwerp’s green strategy

As every European seaport, the Port of Antwerp (PoA) is more and more concerned by environmental issues.

So as to take into account this element into its day-to-day activity, the Port Authority of Antwerp has decided to consider sustainability as a proper component of its strategy. In that vein, PoA namely published a Sustainability report in 2012.

This commitment has been fruitful since PoA received the Flemish Institute for Logistics’s (VIL) Lean and Green Award in December 2013, as announced last January by the port itself. This award recognizes PoA’s commitment to reduce its CO2 emissions from its logistics activities by 20% over a period of 5 years.

One has to mention that besides this plan, the port authority, chose to impulse a common dynamic in this way by informing other companies in the port and inviting them to follow the Lean and Green program.

Hence, PoA can be seen as a green port and an energy manager as defined by ACCIARO, GHIARA, and CUSANO (ACCIARO et al., 2013) down below:

“Port authorities are therefore starting to develop active plans aiming at reducing or optimising their energy processes. These plans by necessity include port operators and port users, but also energy grid managers and local community managers. The energy networks within the port become more complex, and port authorities are becoming a conscious player that needs to address environmental concerns, energy efficiency and sustainability proactively.

A suitable definition of the port authority as an energy manager refers then to its role in planning, regulating and monitoring energy use within the port. In this function the port authority aims to improve energy efficiency by evaluating energy use and implementing new policies and changes where necessary.

The port authority as an energy manager coordinates all aspects of energy management, from energy efficiency and reduction of the carbon footprint of the port to waste management and sustainable development by:

  1. Encouraging the use of renewable/sustainable energy resources within an organisation or community
  2. Deriving solutions for carbon management
  3. Raising the profile of energy conservation.[1]

The first results of Antwerp’s plan are expected in 2015.

To be continued, then!


[1] ACCIARO et al., 2013, The role of ports as an energy manager, IAME 2013 Conference, Marseille, France, 24 pages. Pp.7-8.

Installation du COMER: une nouvelle étape vers l’élaboration de la future politique maritime française  

Le comité spécialisé pour la recherche marine, maritime et littorale (COMER) du Conseil National de la Mer et des Littoraux (CNML) a été installé le 31 janvier dernier.

Cette instance de coopération entre les chercheurs, les acteurs du secteur maritime et les représentants des territoires se veut être l’un des outils de l’élaboration d’une « politique maritime intégrée ». Comme l’indiquent Mer et Marine et le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie, le COMER a vocation a devenir un « lieu d’échanges entre les chercheurs et les acteurs de la mers et des littoraux ».

Parmi ses membres, on compte :

  • 12 représentants du Conseil National de la Mer et des Littoraux (CNML),
  • 11 personnalités qualifiées issues de la recherche, des collectivités locales, du secteur économique et de la société civile.

Le choix de lancer les travaux du comité en abordant la place de la recherche dans le processus d’élaboration de la stratégie nationale pour l’année 2014 semble particulièrement judicieux pour fonder une approche globale des enjeux associés à la structuration de la politique maritime française

Les autorités portuaires au défi de la planification stratégique

Source: Maïté VERDOL (2011)
Vue du chantier de la Maasvlakte 2. Source: Maïté VERDOL (2011) 

Dans un contexte marqué notamment par la rareté du foncier, la complexification des systèmes de gouvernance territoriaux et portuaires, le besoin d’une vision fondée sur des outils efficients se fait sentir pour assurer le développement des infrastructures portuaires.

Comment concevoir, élaborer et mettre en oeuvre des projets d’infrastructures pour développer l’activité portuaire? Quelle place accorder aux variables spatiale et temporelle tout en prenant en compte les attentes des diverses catégories de parties prenantes?

L’approche proposée par Michaël Dooms offre des éléments de réponse à ce sujet. Son choix d’appliquer le modèle d’analyse des outils de coopération et de changement proposé par Christensen et al. (2006) à l’examen des processus de développement des projets d’infrastructures portuaires offre une grille de lecture des moyens déployés par les acteurs associés à la mise en oeuvre des projets. En outre, Michaël Dooms opte pour une approche spécifique aux diverses catégories de projets en fonction de leur horizon temporel et de leur périmètre. A la possibilité d’évaluer le positionnement des acteurs à travers leur marge de manoeuvre et ainsi de cerner les chances de succès des projets, s’ajoute donc celle d’élaborer des modes spécifiques de coordination des parties prenantes.

Cependant, en dépit de sa richesse et de son caractère opérationnel, cette grille d’analyse présente une limite en ce qu’elle ne semble intégrer que de manière limitée les dimensions multiscalaire et multisectorielle qui constituent l’essence des projets ayant un impact sur l’aménagement des territoires. Une approche fondée sur la recherche d’une plus grande cohérence entre les projets des autorités portuaires et les stratégies d’aménagement des collectivités permettrait sans doute de dépasser cette barrière.

Rapport annuel du Cluster Maritime Français: un portrait dynamique des acteurs du secteur maritime

Dans le cadre de la mission de promotion de l’économie maritime qu’il s’est fixé, le Cluster Maritime Français, formellement institué en 2006 à l’issue d’intenses échanges au sein du Réseau européen des clusters maritimes, publie chaque année une « Brochure de l’économie maritime française ».

L’édition 2012-2013 offre un recensement des filières de l’économie liées aux activités maritimes françaises qu’elle replace dans leur contexte européen et mondial. Largement fourni en statistiques récentes, ce rapport permet notamment d’estimer le nombre d’emplois directs engendrés par l’économie maritime ( 300 780 personnes en 2012 qui représentent 1.5% de la population active totale de la France) et de disposer d’un aperçu de la diversité des acteurs des filières françaises.

En ce sens, il met à disposition un portrait dynamique de la communauté des acteurs du secteur maritime français aussi bien dans l’hexagone qu’outre-mer.